Les cinq communes de l'aire d'appellation


Châteauneuf-du-Pape, Sorgues, Orange, Bédarrides et Courthézon : les cinq communes de l’aire d’appellation recèlent une histoire et un patrimoine haut en couleur. Partir à leur découverte, c’est remonter le cours du temps, de l’époque gallo-romaine à nos jours.
 

Châteauneuf-du-Pape, cœur de l’appellation      

Le village est mentionné pour la première fois en 1094 sous le patronyme de Castro Novo : «nouveau village fortifié». Au XIIe siècle, il devient Châteauneuf Calcernier en référence à la chaux de qualité que l’on y produit. Ce n’est qu’en 1893, sous l’impulsion du maire Joseph Ducos, qu’il prend définitivement le nom de Châteauneuf-du-Pape en hommage aux Souverains Pontifes qui y avaient séjourné au XIVe siècle. 
 

  En savoir plus…

 

Courthézon, cité médiévale

L’histoire de ce village remonte au Néolithique, soit 6000 ans avant JC ! C’est ainsi, l’un des plus anciens villages paysans d’Europe. Depuis son origine, au moins seize noms lui ont été attribués dont celui de « Curtis Dunum » qui signifie « village sur la hauteur ». Les poètes lui préfèrent la référence aux Cours d’amour du Moyen-Âge : en provençal un « courtesoun » est un damoiseau.

 

  En savoir plus…

 

 

Sorgues la dynamique

Au XIe siècle, la ville se nommait Pons Sorgie ou Pont de Sorgo à cause d’un petit pont de pierre enjambant la Sorgue et permettant l’accès à la ville. L’installation de la papauté en Avignon au XIVe siècle a participé à l’essor du bourg et lui a légué un fabuleux patrimoine. La ville a gardé des traces de ce prestigieux passé.

 

 

 En savoir plus…


Bédarrides, fille d’empereur

Le nom de Bédarrides provient de la modification au cours des siècles du latin Bisturritae. Il fait référence aux deux tours édifiées sur le territoire après la victoire romaine sur les Allobroges lors de la bataille de Vindalium en 120 avant JC. Propriété de l’Empereur Louis l’Aveugle, il en fit donation à l’Evêque Remi en 912. Dès lors, les archevêques d’Avignon furent Seigneurs spirituels et temporels de la cité et de son terroir jusqu’en 1791, date à laquelle le Comtat Venaissin fût rattaché à la France.

 

 En savoir plus…


Orange, cité romaine

Les vétérans de la IIe légion « gallique » sont à l’origine de la construction de la ville. En 35-30 avant J-C, ils fondent « Arausio ». Au cours des siècles, elle se dote de monuments typiques de la civilisation romaine tel le Théâtre antique ou l’Arc de triomphe encore visibles à l’heure actuelle. En 1181, le Comté d’Orange devenu Principauté d’Orange est un fief du Saint Empire romain germanique car il faisait partie du royaume de Bourgogne. Au XVIIe siècle, Louis XIV occupe plusieurs fois le territoire de la principauté dans le cadre des guerres menées contre Guillaume III d’Orange qui régna sur l’Angleterre. Une dernière occupation, à partir de 1702 mène à la reconnaissance définitive de l’acquisition au traité d’Utrecht en 1713.

 

 En savoir plus…